Télétravail : quelles conséquences pour les futurs modes de travail?


  • Télétravail : quelles conséquences pour les futurs modes de travail?

Nous vivons actuellement l’une des perturbations les plus dramatiques de la culture du travail. Les entreprises du monde entier ont été contraintes d’adopter le travail à distance en masse.

Et avec 2,6 milliards de personnes confinées chez elles sur ordre de leur gouvernement, on pourrait considérer cela comme le grand « test du travail à domicile », dans lequel nous découvrirons tous si les employés et la technologie sont à la hauteur de la tâche.

Une certitude qui ressort de ce grand « test » est qu’il y aura un changement notable dans la façon dont nous travaillerons à l’avenir, à la fois dans la façon dont nous aborderons la journée de travail ainsi que dans les installations que nous utiliserons et dont nous avons besoin. Nous avons mis en lumière certains avantages de la maison comme bureau, mais cela a également mis en évidence la nécessité de disposer d’un lieu de travail central. Ce qui est sûr, c’est que les attitudes à l’égard de ces deux aspects sont appelées à changer, les employés travaillant de manière beaucoup plus égale entre les deux.

Le travail à domicile : un coup de projecteur sur la productivité et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Une fois que le monde sera revenu à “la normale”, le travail à distance ne sera plus inhabituel et nous assisterons à un mouvement où la flexibilité est la norme. Les employeurs qui étaient sceptiques ont pu constater que le travail à domicile fonctionne et est efficace, et certains avantages ont été clairement mis en lumière. Tout d’abord, il nous a permis de récupérer le temps perdu dans des trajets longs et ennuyeux et de remettre en question les routines contraignantes du bureau. Selon le baromètre mensuel Acemo-Covid de la Dares, les Français accomplissent 2 heures de travail en plus par rapport aux horaires effectués sur leur lieu de travail, et une autre enquête de Gartner a révélé que 41 % des employés sont plus susceptibles de travailler à distance au moins une fois que nous sommes revenus à la normale.

Le fait de travailler en permanence à domicile a également permis aux employés de gérer leur temps de la manière qui leur convient le mieux. Selon un récent sondage YouGov réalisé outre-manche, seuls 6 % des salariés travaillent selon les horaires traditionnels de 9h à 17h, et seuls 14 % opteraient pour ces horaires si on leur en donnait la possibilité. Cela permet aux employés de travailler plus intelligemment et d’être beaucoup plus productifs, et d’enrayer le fléau du « présentéisme ». Elle permet également aux employés de mieux équilibrer leur vie professionnelle et leur vie privée et de mieux gérer leurs responsabilités à la maisons, comme la garde des enfants, ce qui pourrait avoir des répercussions importantes sur l’égalité des sexes sur le lieu de travail.

Tous ces éléments signifieront à leur tour que le domicile deviendra un lieu de travail plus important, avec au moins deux jours par semaine passés à la maison. En tant que tel, cela changera la façon dont nous pensons au bureau à domicile, et les attentes quant à la façon dont les employés sont équipés. Permettre aux employés d’avoir simplement un ordinateur portable de bureau qu’ils emportent chez eux ne suffira pas, surtout du point de vue de la santé, de la sécurité et de la productivité. On s’attendra à ce que les employés disposent des périphériques appropriés afin d’effectuer leur travail au mieux de leurs capacités.

Locaux professionnels, à quoi pouvons-nous nous attendre ?

Le grand  test ne signe pas pour autant l’arrêt de mort des locaux professionnels. Au contraire, il a permis de prouver que les employés veulent toujours avoir la possibilité de se rencontrer, au moins de temps en temps.

De nombreuses organisations ont constaté lors du confinement qu’il était parfois difficile de collaborer et de partager des idées. En effet, il est crucial de pouvoir échanger, créer, et collaborer en personne pour innover et, si la téléconférence est utile de ce point de vue, la communication par e-mails, téléphone ou par écran est incapable de retranscrire toutes les nuances d’une conversation en face à face. Le télétravail est une activité qui peut également être assez solitaire, il est donc probable que les employés voudront continuer de pouvoir croiser leurs collègues de bureau.

Cependant, le nouveau paradigme du télétravail va sûrement amener les entreprises à réévaluer la manière dont elles occupent les espaces de travail. Selon Gartner, 74 % des directeurs financiers se préparent à transférer un certain nombre d’employés auparavant sur site à des postes en télétravail permanent une fois les choses redevenues normales, ce qui leur permettra de réduire les frais associés aux locaux commerciaux. Cette mutation a le potentiel de faire changer la perception de l’espace de travail : il ne s’agirait plus d’un poste de travail permanent pendant les heures de bureau, mais d’un espace de réunion fluide où les employés se rendraient seulement quand ils ont besoin d’interagir directement.

Suite au confinement, une chose va certainement changer : l’attitude face aux contacts rapprochés avec d’autres personnes sur des périodes étendues. Nous allons devoir apprendre à vivre avec la distanciation sociale et il y a de bonnes chances que l’hygiène devienne une préoccupation bien plus importante qu’auparavant. Par exemple, nous verrons peut-être apparaître plus de capteurs sans contact dans les espaces de bureaux, notamment pour les interrupteurs et les poignées de porte. Les matériaux antimicrobiens deviendront probablement la norme, tout comme les systèmes de filtration de l’air, plus fréquents et de meilleure qualité.

Il y a également de grandes chances pour que l’on assiste à un creusement de l’écart entre les postes de travail. Au cours des dernières années, la surface allouée à chaque employé s’est réduite, passant de 19,6 m2 en 2009 à 18 m2 en 2017, selon Cushman & Wakefield. Avec la sensibilisation à la distanciation sociale, cette tendance à rapprocher plus de gens dans un espace plus réduit va s’inverser. Les postes de travail devront être distants de près de 2 mètres et cette nouvelle manière d’occuper l’espace sera possible grâce aux employés pratiquant le télétravail. La question du partage des postes de travail va aussi se poser et les claviers et souris partagés disparaîtront probablement au profit de l’usage de périphériques personnels apportés par chaque employé concerné.

Nous pouvons également prédire que, dans de nombreux cas, la surface de bureaux sera réorganisée avec plus de zones spécialisées répondant aux besoins d’un personnel plus équitablement partagé entre les bureaux et le domicile. Par exemple, nous verrons probablement l’apparition de plus de petites salles de téléconférence afin de faciliter les échanges entre des équipes réduites partagées entre les bureaux et leurs domiciles.

La nouvelle normalité

Face au télétravail imposé, les entreprises ont été forcées d’innover, ce qui a à son tour stimulé l’investissement et le progrès. Des modes de travail qui étaient réclamés depuis des années ont dû être mis en place du jour au lendemain. Les équipes ont été forcées de mieux comprendre comment travailler à distance et de tenter de réaliser des choses qu’elles pensaient jusqu’alors impossibles. Une des conséquences positives de la situation est qu’elle a permis aux entreprises de développer une relation plus saine avec le travail flexible et toutes les technologies qui le rendent possible, et cela pourra seulement avoir un impact positif sur les pratiques de travail au quotidien et rendre les emplois de bureau plus inclusifs.

Source : www.journaldunet.com
Crédits photo : fr.freepik.com
Share :